Le filtre du cœur et du mental


Lorsque nous sommes déconnectés de nous même et anesthésiés, nous regardons notre réalité avec le filtre mental. Notre niveau de conscience est affaibli et nous sommes esclaves de notre égo et de nos cogitations. Tout regard sur les choses est alors teinté d’émotions et d’interprétations qui déforment la réalité, nous mettant souvent en position de victime ou dans un état de mal être. Nous avons peur, nous  nous sentons persécutés, ou en quête de pouvoir sur autrui. Consciemment ou inconsciemment, le résultat est le même, nous devenons tous le tyran de quelqu’un ou  victime d’un autre. Bref, nous sommes dans la peur.
Dans notre quête de soulagement et de libération de cet état (qui n’est en réalité absolument pas naturel) nous cherchons des réponses.  Aujourd’hui, de nombreux outils de développement personnel  et de connaissance de soi existent : livres, cd, méditation, stages …mais une fois de plus, lorsque ces informations sont filtrées par le mental, c’est la catastrophe. L’essence de tous ces supports ne peut être entendue. C’est une fois de plus notre tête qui  interprète le contenu ; la réalité à nouveau est déformée par nos schémas de penser,  nos mémoires limitatives, nos jugements  et ces outils deviennent très souvent insuffisants, inadaptés, inefficaces, ou nuls…de notre point de vue. Nous pensons que ce sont les outils qui sont en cause, mais jamais nous.




Lorsque l’on permet à une personne de sortir de son anesthésie, elle se reconnecte alors à son cœur, et donc à son essence.  Son filtre devient alors progressivement celui du cœur qui offre une guidance et une compréhension sans faille. Tout s’éclaire. Nous comprenons alors ce que veut dire l’instant présent ou le détachement de l’égo, nous comprenons la potentialité immense qui nous habite et ce que veut dire être acteur de sa vie. On découvre ses limites et ses besoins, on devient respectueux envers soi-même et donc envers les autres .C’est une grande libération. Nous pouvons aller vers telle ou telle expérience sans peur seulement dans notre ressenti, et nos choix deviennent alors conscients. Passer par le filtre du cœur c’est sortir de son esclavage, c’est passer de la peur à la non-peur, du mal-être au bonheur.