Rien ne peut être imposé à un être libre.

 Rien ne peut être imposé à un être libre.

Et L'être Réel, l'être qui vit dans son noyau et depuis son noyau est libre par essence. D'un point de vue d'une conscience ordinaire et psychologique, il sera considéré comme déjanté, fou, atypique, HP, bizarre, chelou, différent, ceci ou cela.
D'un point de vue vibratoire, il sera juste lui-même, porteur de sa signature, à la fois universelle et singulière, une signature en évolution permanente, en mouvement, en renouvellement permanent.
Signature avec laquelle on s'accorde naturellement ou pas.
Tous les échanges de cette planète sont encore majoritairement régis par des mécanismes psychologiques et subjectifs, influencés par des codes, des croyances, des connaissances, bref, du vieux, de l'ancien, du réactif, du polarisé. bien pas bien, vrai pas vrai.
Cela crée de la tension et de la souffrance qui devient portée par un collectif sous haute charge émotionnelle car il y a de l'incompréhension, du doute, un besoin de trouver des réponses, de se rassurer.
L'ancien ne pourra plus expliquer l'actuel. On ne pourra plus s'appuyer sur le connu pour se rassurer car les mémoires sont en pleines dissolution, la croyance même se défait d’elle-même progressivement puisqu’on ne peut plus se fier à rien. C’est un processus naturel de dé-création en quelque sorte.
Alors, il faut construire de nouveaux appuis, en soi, pour soi. Non pas par des nouvelles croyances, mais par une intégration nouvelle, énergétique, conscientisée dans les corps et renouvelée quotidiennement par notre présence-force. De nouveaux appuis qui tendent à s’universaliser. Ils sont communs mais intégrés de manière singulière et personnelle.
Dans la relation,
Savoir Lire la vibration des êtres facilite le rapport à autrui et la compréhension de ce que porte l'autre dans son champs informationnel. Il y a tout là dedans, tout est visible, su. Ainsi, Savoir lire les êtres vibratoirement permet d'intégrer le principe de l'amour en distinguant l'être,
de ce qui influence l'être.
Mais pour savoir lire les autres, il faut apprendre à se lire soi-même.
Ensuite, il faut assumer sa vibration et sa parole. Assumer le poids de ce que nous sommes de manière universelle et de ce que cela déclenche dans l'ancien monde, dans l'ancienne psychologie.
Et c'est grand ça, très grand,
ça peut peser sur les épaules.
Il y a une différence entre assumer sa vibration et imposer sa vibration. Assumer sa vibration c'est assumer de vivre sa capacité à être autonome à tous les niveaux, à être non influençable,
à être libre même si l'on est encore régis structurellement par les lois de ce système de planète-prison.
Imposer sa vibration c'est vouloir prendre le pouvoir ou l'ascendant sur quelqu'un d'une façon ou d'une autre.
L'être libre n'a rien à imposer mais tout à partager, par la parole, par la présence, la créativité. Tout à donner puisque rien ne lui appartient.
Alors, soyons libres et créatifs.
Tout simplement.
EL.

L'Homme c'est un être de lumière, point final.


 

Pleine présence et conscience vibratoire

 La pleine présence permet à la conscience vibratoire de s'installer durablement.

A chacun de savoir ce que cela signifie. Qu'Est-ce qui différencie la conscience ordinaire et la conscience vibratoire? Où je me situe?

Je pourrai l'expliquer en disant qu'il y a la conscience en tant que psychologie et la conscience en tant qu'énergie.

La conscience psychologique se réfère à une réflexion collective et individuelle et à des jugement de valeurs, à de la subjectivité, un historique, une logique linéaire rationnelle, réfléchie. qui se base sur une chronologie et donc sur l'ancien, le vieux, les traditions, l'Histoire humaine et personnelle. Les mécanismes anciens du moi psychologique. les peurs.

La conscience vibratoire est une énergie, un mouvement dynamique, qui n'a pas de valeur à proprement parlé mais une densité, une vibrance plus ou moins forte, plus ou moins claire, plus ou moins instructive, plus ou moins créative, selon notre capacité à la vivre dans nos corps, à se saisir du sens universel de ce qu'elle amène. Je dirai aussi qu'elle est intemporelle, et ne réponds pas aux lois du temps et de l'espace. Elle ne porte en elle aucune valeur subjective mais une valeur instructive.
La conscience vibratoire apporte un savoir pour soi-même, par soi-même et doit donc être vécue, intégrée, corporéisée de manière individuelle.

Je n'oppose pas ces deux "consciences", car il y a des allers- retours, l'une peut très bien cohabiter avec l'autre, mais ça ne dure qu'un temps. C'est inhérent au processus de fusion.

C'est là où la pleine présence est une aide formidable.
C'est un confort, une assise qui permet de vivre sereinement ce processus exigeant d'intégration vibratoire. Car le choc de la conscience vibratoire qui s'installe c'est une explosion de la psychologie ancienne et des manières de fonctionner qui lui sont afférents. Et ça, c'est un passage qui peut s'avérer délicat...

C'est également un bon travail préparatoire à l'accroche de l'énergie supramentale qui s'installe dans le corps,
dans les corps pour avancer sur la conscientisation du corps éthérique et des lois universelles.

A chacun: vous me parlez du processus, de votre processus. des difficultés, des réjouissances aussi. C'est un travail de longue haleine. Ce que nous réalisons c'est énorme. Mais il faut dédramatiser et rester calme avec tout cela, autant que possible.
S'apaiser dans nos étapes, se laisser le temps, se laisser poser.

Cessez d'essayer de comprendre les mots mais prenez ce qui vibre pour vous et laisser le reste. Les mots employés par certains ne vibrent à d'autres. Comme le mot "ajusteur de pensée". C'est un mot que je n'utilise pas dans mon langage et qui sera très utilisé par d'autres. Ce n'est pas important.

Ce qui l'est plus, c'est de trouver des repères en soi, pour soi, de nourrir un centre de gravité stable, solide, inébranlable. Et pour cela, il faut absolument le corps physique. Contacter cette vie du corps, apprivoiser tout ce qui traverse là dans cet univers cellulaire. Y voir clair.
ça se construit, ça se nourrit quotidiennement.

Quand l'angoisse revient, le trouble, le doute, l'instabilité. Revenez au corps,
à la matière, aux appuis. C'est le plus court chemin pour réinvestir son axe et calmer son mental inférieur. Ou faites la vaisselle, ça marche aussi.

EL